Relaxations anti-insomnie

Posté par Marie-Céline Berlioz, le 12 juillet 2017.

 

Relaxations anti-insomnie

Ces relaxations sont tirées de l’excellent ouvrage d’Isabelle Laading, Les Cinq Saisons de l’Energie (la médecine chinoise au quotidien) - une de mes sources favorites d'inspiration et de techniques pratiques.

 

La vitalité, le jaillissement des forces neuves, ne sont réels que si le sommeil a joué son rôle.

C’est bien souvent quand l’énergie du cœur est perturbée que les symptômes d’insomnie apparaissent : difficulté d’endormissement, réveils fréquents, sommeil agité, accompagné de nombreux rêves.

Il est important de pacifier l’esprit et les émotions et de renforcer l’organisme par une alimentation saine. Aussi ne pas se coucher juste après avoir visionné des écrans ou participé à une longue discussion, car l’activité mentale ou émotionnelle ne peut s’arrêter brusquement.

 

Relaxations favorisant le sommeil :

 

1. La relaxation des globes oculaires :

 

Allongé sur le dos dans votre lit, placez les bras et les jambes légèrement écartés du corps.

 

Fermez les yeux et laissez descendre votre souffle vers le ventre, la respiration abdominale favorisant la descente de l’énergie vers le bas du corps.

 

Après avoir laissé votre corps s’alourdir peu à peu dans chaque expir, concentrez toute votre attention vers vos yeux ; la détente que vous allez leur apporter engendrera immédiatement un calme mental.

 

Remarquez d’abord que vos globes oculaires adhèrent aux paupières et qu’ainsi, même les yeux fermés, votre regard reste en quelque sorte orienté vers l’extérieur, activant ainsi les fonctions cérébrales.

 

Concentrez maintenant votre attention vers la base de votre crâne, en ressentant bien son appui sur l’oreiller.

 

Servez-vous des temps de l’expir pour abandonner votre tête à la pesanteur, l’occiput s’imprègne de plus en plus fortement dans l’oreiller.

 

Laissez maintenant les globes oculaires « se détacher » des paupières et descendre paisiblement vers le fond du crâne, avec la sensation qu’ils deviennent plus lourds, plus grands et tendres dans leur texture.

 

Chacune de vos expirations vous permet un lâcher-prise du regard de plus en plus important et vos yeux finissent par se « poser » délicatement dans la coupe du crâne.

 

Si, au début, cette sensation est difficile à maintenir, prenez conscience de vos oreilles, qui deviennent elles aussi de plus en plus lourdes et « descendent » vers l’oreiller.

 

Cet abandon profond de toute tension oculaire ralentit instantanément le flot des pensées et, si vous ne sombrez pas dans le sommeil à ce moment, continuez par l’exercice suivant.

 

 

2. La relaxation des pieds :

 

Sans effort prononcé et toujours au rythme de votre respiration abdominale, étirez doucement la pointe de vos pieds vers l’avant lorsque vous inspirez, puis ramenez les pointes des pieds en direction de la tête dans l’expir.

 

Tout le corps est immobile et seuls les pieds conservent ce mouvement alternant d’extension du dessus du pied, puis du pied retroussé.

 

Ce simple mouvement contribue à apaiser le système nerveux et peut donc être pratiqué à n’importe quel moment de la journée. Effectuez-le une vingtaine de fois en veillant à conserver vos yeux « au fond de votre tête ».

 

 

3. La respiration dans les jambes (par déplacement de conscience/mouvement du regard intérieur) :

 

Les pieds et tout le corps maintenant immobiles, placez votre main sur votre ventre, au-dessus du nombril.

 

La respiration est toujours abdominale, lente et profonde, et vous allez visualiser l’air que vous respirez comme effectuant un profond va-et-vient dans les jambes, depuis vos pieds vers le ventre, puis du ventre vers les pieds.

 

Prenez conscience de la plante de vos pieds. Inspirez comme si le souffle pénétrait sous la plante des pieds, remontait à l’intérieur des jambes et se concentrait sous vos mains dans la partie basse du ventre.

 

Expirez en laissant redescendre le souffle sous les pieds. Laissez ainsi aller et venir quelques minutes, jusqu’à vous sentir paisiblement emporté dans les bras de Morphée…

 

4. Dormir sur le côté droit :

Si vous ne pouvez dormir que sur le côté, placez-vous, éventuellement, après les exercices précédents, sur le flanc droit.

 

L’endormissement est favorisé si l’on se couche sur le côté droit, car dans cette posture, la narine gauche respire beaucoup mieux que la narine droite ; la narine gauche, en relation avec l’hémisphère droit, stimule par la respiration cette partie du cerveau dont les fonctions sont en relation avec notre imaginaire, le rêve, le lâcher-prise.

 

En revanche, se coucher se coucher sur le flanc gauche stimule l’hémisphère gauche via la narine droite et l’activité mentale reste alors beaucoup plus forte.

 

Dormir sur le côté droit permet aussi une détente de la région du foie, vers lequel le sang retourne la nuit.

 

Je vous souhaite une belle et douce nuit…

Marie-Céline Berlioz

Reiki en Gruyère

www.reikiengruyere.ch

 

 

Partagez cet article avec tous vos amis intéressés par la médecine naturelle en cliquant sur vos boutons de partage préférés ci-dessous: 

© 2017 M-C Berlioz